S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Actualités de l'icart > FLEURIANE AMADOU A L’ALLIANCE FRANCAISE DU MEXIQUE

FLEURIANE AMADOU A L’ALLIANCE FRANCAISE DU MEXIQUE

" Partir fut une des meilleures décisions que je n'ai jamais prise" , rencontre avec Fleuriane, ICART III, en stage au Mexique

Vous avez jusqu'à présent effectué vos stages en France et dans des milieux diverses, pourquoi avoir choisi de partir à l'étranger ? Pensez vous que les meilleures opportunités se trouvent au niveau international ?

 

 

J'ai fait le choix de multiplier les stages dans des domaines très divers. Cependant j'ai une grande envie de voyager et mon projet professionnel actuel est justement de travailler dans les alliances françaises pour transmettre notre culture à l'étranger. Cela me permet de vivre une expérience personnelle hors du commun, mais également d'accèder à un poste très intéressant. La culture au niveau international est répandue de manière très disparate, pour ma part je m'adresse à une population qui fait passer la culture après d'autres besoins: se nourrir, se loger, se soigner... ce sont de réels problèmes quotidiens et il faut s'y adapter en permanence. Les besoins et les attentes en matières culturelle sont plus réduits que ceux des français, en revanche la France pose beaucoup plus de barrières administratives ou financière à l'élaboration de certains projets. J'ai donc l'impression d'avoir plus de liberté d'action au Mexique qu'en France mais les enjeux ne sont pas les mêmes.

Comment avez vous perçu le rôle de l'ICART dans vos recherches, prises de décisions ?

Quand je me suis rendue compter que mes projets professionnels ne convenaient pas à mes aspirations réelles, Mirabelle Auria ou M. Corcos ont été présents pour me diriger et m'appuyer dans mes décisions. Mirabelle a toujours effectué un suivi très proche et m'a donc aidé à de maintes reprises dans mon orientation, mes recherches de stage, ou à propos de simples interrogations ou doutes que je pouvais avoir. Bien que j'ai pu trouver certains stages par mes propres moyens, le bureau des stages a toujours su me trouver des choses intéressantes, qui convenaient à ma façon de travailler.

Quelles sont vos attributions au sein de l'Alliance française du Mexique ?

Je suis en détachement de l'alliance française de Xalapa, Ver. Dans un petit village appelé San Rafael, Ver.

San Rafael et Jicaltepec furent deux petites colonies françaises, ils ont donc une histoire très liée avec la France et une grande partie de la population ont des grands parents ou arrière grands parents français. La vie du village est donc très tournée vers cette histoire commune. Il existe une maison de la culture qui jusqu'à présent donne des cours de français, et un musée qui raconte l'histoire pré-hispanique et celle de ces colons. Mon travail est de développer ces deux petites institutions, vers la culture française mais aussi mexicaine, Totonaque (population vivant a Veracruz, notamment au Tajin), ou Maya, afin que l'ensemble de la population se sente concerné. Je m'occupe également de mettre en place différents partenariats entre ici et Champlitte, village de Haute-Saône, jumelé avec San Rafel. Notamment des conventions entre les deux musées. J'ai donc jusqu'à présent crée un livre jeu de visite du musée pour les enfants, mis en place différents ateliers pour enfants au musée et crée un catalogue d'activité , un inventaire, travaillé la muséographie, mis en place un cycle de cinéma français, un atelier de sculpture typique totonaque pour enfants.

Je travaille en très grande autonomie et liberté, ce que j'apprécie beaucoup, mais il faut savoir que si le rythme de vie au Mexique est très différent , celui de travail aussi. Cela demande beacoup de temps, relancer les personnes concernées, patienter... Il y a également des imprévus comme pour la première séance de cinéma, annulée parce qu'il n'y avait plus d'électricité dans la moitié de la ville.

Pensez vous que l'ICART permette de saisir et d'appréhender tous les bouleversements et mutations du secteur culturel ?

En fait, l'ensemble de nos professeurs sont des professionnels en activité, cela nous permet d'apprendre de leur expérience et d'avoir un cours basé sur ce qu'ils ont pu ou peuvent vivre dans leur propre milieu. Venant de différents milieux de la culture cela nous permet également d'avoir un aperçu de différents secteurs. Certains professeurs peuvent partager avec nous l'évolution de leur propre travail, quand ils ont commencé, et leur état aujourd'hui.

Ils nous permettent de saisir les mutations, nos stages nous apprennent comment les appréhender.

Un petit bilan ?

Je pense que vivre six mois au Mexique, est en soit, une expérience très très positive ! Je suis au bord de la plage, je peux visiter, découvrir des paysages fantastiques et une culture très différente. Partir fut une des meilleures décisions que je n'ai jamais prise.

Les trois ans que j'ai passé à l'ICART furent très riches également lors de mes stages j'ai pu apprendre à créer, enregistrer et monter une chronique de radio, gérer une base de donnée, monter un festival, etc...

J'ai également travaillé trois mois au château de Terre -Neuve ce qui m'a permis de découvrir le métier de guide que j'aime beaucoup , mais aussi de vivre dans un château pendant trois mois, accompagnée de mes meilleurs amis !

 

ICART : Nouveau partenariat avec Bond university

Truly Global, Truly Bond

École de Médiation Culturelle ICART -  ICART : Nouveau partenariat avec Bond university

L’ICART AUX MCE AWARDS

L'ICART REMPORTE LE PRIX DE L'INNOVATION PÉDAGOGIQUE

École de Médiation Culturelle ICART -  L’ICART AUX MCE AWARDS

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :