Masterclass "Les ventes aux enchères chez Artcurial"

Rencontre avec Carine Decroi, Directrice de la Communication, du Marketing & des Affaires Culturelles de la Maison de vente aux enchères "Artcurial".

› Retrouvez l'intégralité du témoignage en cliquant ici

Je suis Carine Decroi, ça fait à peu près une quinzaine d'années que je travaille pour le marché de l'art. Après une longue expérience chez Christie's, ensuite au musée Picasso, j'ai rejoint la maison de ventes Artcurial.

Les ventes aux enchères finalement c'est un métier assez simple puisque c'est un métier d'intermédiation donc on met en rapport un acheteur et un vendeur. C'est relativement simple et c'est un métier assez ancestral. Simplement, on vend des oeuvres d'art et ça nécessite une certaine connaissance de l'histoire de l'art mais aussi tous les métiers qui sont relatifs à cette mise en vente. Ça va aussi bien sur la partie juridique jusqu'à la relation clients, donc c'est un métier assez complexe qui regroupe beaucoup de spécialisations à l'intérieur même de cette grande entité. C'est un microcosme qui est composé de différents acteurs : galeries, musées, institutions privées, maisons de ventes aux enchères, ... Tous ces acteurs vont cohabiter ensemble et vont générer ce qu'on appelle le marché de l'art dans sa globalité. C'est un marché qui a pris aujourd'hui une tournure très professionnalisée avec des enjeux assez importants et des prix assez colossaux qu'on peut voir de temps en temps dans la presse.

Quand j'ai commencé il y a une quizaine d'années, notamment chez Christie's, on n'osait pas trop parler d'investissement en parlant d'art. C'était quelque chose qui existant mais ce n'était pas forcément un discours qu'on avait envie de tenir. Je pense qu'aujourd'hui c'est une réalité qui est très reconnue et plus personne n'a d'hésitation à parler de l'art en tant qu'investissement possible. Néanmoins, j'attire l'attention là-dessus, c'est secondaire et, malgré tout je crois que l'art c'est vraiment un plaisir. On voit bien que pour tous les acheteurs et les vendeurs, c'est un placement "plaisir" et avant tout une connaissance. Une oeuvre d'art c'est une émotion avant tout et je crois que ça reste quelque chose de très présent aujourd'hui. Finalement, l'investissement est presque secondaire même si, quand on achète une oeuvre d'art, on préfère qu'elle garde sa valeur, voire qu'elle en gagne. Mais ce n'est pas le discours principal et on voit bien à travers les nombreux collectionneurs dans le monde entier c'est un point commun qui est très fédérateur et qui réunit justement des collectionneurs, des amateurs, qui ont des métiers totalement différents mais qui se réunissent par passion autour de l'art. 

 

 

Carine Decroi, qui travaille au sein de la célèbre maison de vente aux enchères Artcurial est venue présenter le secteur si particulier du marché de l'art aux étudiants en formation en ingénierie culturelle.

Dans le secteur du marché de l'art depuis de nombreuses années, Carine Decroi nous présente le métier ancestral des maisons de vente aux enchères qui nécessite des connaissances en histoire de l'art, en droit, mais également en relation client, notamment avec des VIP. Néanmoins, elle insiste également sur le fait que, même si cela représente un investissement, acheter une oeuvre d'art c'est un placement qui procure plaisir et émotion !

 

Téléchargez une documentation


Merci de sélectionner un campus.