Stage médiation culturelle au Rocher de Palmer

Manon nous raconte son stage au sein du Rocher de Palmer, une scène de musique actuelle portée par l'association Musique de Nuit, spécialisée dans les musiques du monde. Ils accueillent des artistes en concert mais, mènent également des actions plus spécifiques.

  • Dans quel service es-tu ? Quelles sont tes principales missions ?

Je suis en médiation culturelle. Je m'occupe des expositions : montage, communication etc. Mais je suis également différents projets durant mon stage : en ce moment l'Urban Week qui se déroulera en avril.

Enfin, je fais des visites de la structure, soit pour des professionnels qui veulent venir investir les locaux ; soit pour des groupes qui ont envie de découvrir le Rocher : c'est une bonne chose pour amorcer ensuite des activités, ainsi ils connaissent la structure et ils comprennent que le Rocher de Palmer est un lieu accessible à tous.

  • En quoi ce stage prend-il place dans ton projet professionnel ?

Avant toute chose, la culture est selon moi quelque chose qui se partage.

L'année dernière j'étais en stage à l'Artothèque de Pessac (les arts au mur) qui suivait cette voie d'ouvrir l'art contemporain à tous les publics. Leurs nombreuses actions étaient tournées vers les scolaires, les hôpitaux, les personnes qui souffrent d'handicaps, les détenus de la Maison d'Arrêt de Gradignan et bien d'autres encore. J'ai pu participer à quelques actions comme l'installation d'œuvres à l'Institut Bergonié (centre régional de lutte contre le cancer) au plus près de patients.

Le Rocher de Palmer, à l'instar de l'Artothèque, effectue un travail social, de proximité. Ils sont toujours dans cette politique d'ouverture, cette fois-ci avec les musiques actuelles.

Ils ont développé de multiples moyens, en commençant par des partenariats avec des centres d'animations, des centres sociaux, des maisons de quartier, des hôpitaux psychiatriques comme Charles Perrens. Le Rocher de Palmer ne s'anime pas qu'à l'occasion de concerts le soir, de nombreuses actions sont mises en place dans la journée comme des Siestes Musicales dont le principe est d'écouter une musique du monde, installé sur des transats pendant qu'un professionnel parle de cette musique. C'est accessible à tout le monde et regroupe différents publics au sein d'une même expérience, par exemple des enfants et des handicapés mentaux.

Mon projet professionnel est de faire de la médiation culturelle avec des publics dits « empêchés », marginalisés, qui n'ont pas accès à la culture. Cela peut m'amener à travailler avec des enfants, des handicapés, des détenus, des personnes hospitalisées etc.

J'ai envie d'amener la culture à ces publics : c'est un très beau métier et cela me fait rêver quand je regarde le travail remarquable accompli au Rocher de Palmer, à l'Artothèque mais également ailleurs.

 

Téléchargez une documentation


Merci de sélectionner un campus.