S'inscrire
en ligne
Demander une documentation Nous
contacter

Accueil > Métiers > Hall of Fame > Sophie DELASSEIN

Hall of fame

Sophie DELASSEIN
Journaliste
L'OBS
ICART 1992

Retrouvez l'intégralité du témoignage de Sophie Delassein, ICART 1992, journaliste chez l'Obs.

Je suis Sophie Delassein, journaliste à l’Obs, plutôt spécialisée dans la thématique musicale. Toute petite, je rêvais d’être Marguerite Duras, d’écrire des livres aux roches noires à Trouville face à la mer. C’est raté ! Du coup je suis partie dans la musique, mais j’ai quand même écrit une dizaine de livres. Je suis parfaitement d’accord avec la citation « si ce n’est pas amusant, ne le fais pas ».

Arriver au bureau et se dire qu’on a trois disques à écouter, une critique à faire, une interview de Julien Clerc ou de Julien Doré, pour moi c’est un plaisir. Quand j’ai débuté, je me trimballais une dizaine de disques avec un walkman dans mon sac. Maintenant voilà, on a des Ipod Touch, il y a un peu de tout ce que j’écoute, puisque je suis censée écouter tout ce qui se fait en français.

Mon métier de journaliste consiste à rencontrer des artistes, écouter des disques, aller en concert… Et ensuite écrire soit des portraits, soit des interviews. Mes expressions préférées sont : « je suis charrette, je devais le rendre hier », « ouah ! J’ai trouvé la chute ! ». Je pense que j’aurais voulu être Barbara, pour ce qu’elle est, par ce qu’elle chante, pour ce qu’elle a à lire. A l’ICART, on m’a permis de faire mon mémoire sur elle, et en sortant de l’ICART, j’ai écrit une biographie « Barbara ».

Mes années d’études à l’ICART, c’était la fête. Je crois que ça changeait beaucoup de l’école. Les visites des ateliers, on regarde des tableaux, on fait des mémoires… En fait, j'ai appris que dans un métier, le plus important c’est le carnet d’adresses. C’est d’avoir dans son domaine le carnet d’adresses le plus top niveau.

Si l’ICART était un film, ce serait « Nos Plus Belles Années ». J’ai vraiment aimé tous les aspects de la formation à l'ICART. Et des métiers que l'école proposait, et des cours qu’on nous donnait. C’était assez éblouissant en fait. 

Oui je referais l’ICART, bien-sûr ! Peut-être sur 4-5 ans même. Je laisserais traîner comme ça…

Téléchargez une documentation

Sélectionnez les documents de votre choix :